Découverte du Musée des Confluence à Lyon

Lors d’un séjour à Lyon, il y a bien un musée qui ne passe pas inaperçu dans la capitale des Gaules, il s’agit du majestueux Musée des Confluences. Ainsi au cours d’un dernier déplacement dans le département du Rhône, nous n’avons pu passé à côté de la découverte de ce musée hors du commun qui possède des collections extraordinaires. Pour votre plaisir, nous vous faisons un retour sur ce monument et l’expérience que nous avons vécu !

Musée des Confluences

Le nuage de cristal

Le Musée des Confluences est surnommé le Nuage de Cristal. Situé à l’extrémité sud de la presqu’île, il illumine ce quartier grâce à son architecture caractéristique.

L’architecture très originale, imaginée par Coop Himmelb(l)au, n’abrite pas des personnages du futur, mais une collection éclectique de plus de 2,2 millions d’œuvres couvrant la terre, la vie, les sciences sociales, les sciences et la technologie, dont la plupart ont été rassemblés par le célèbre humaniste lyonnais Emile Guimet.

Que vous passiez deux heures ou une demi-journée à l’intérieur, les 5000 mètres carrés d’expositions permanentes et temporaires sauront ravir petits et grands curieux. Pas étonnant que 823.000 visiteurs aient exploré ses salles en 2015, ce qui en fait le musée le plus visité de Lyon.

Un départ tumultueux

La construction du Musée des Confluences a peut-être été une succession sans fin d’absurdités, de luttes politiques et administratives, plus longues à terminer qu’un Lego World vieux de 7 ans, mais depuis son ouverture en 2014, il fait le bonheur de centaines de milliers de curieux.

Le projet a démarré en 1999 et s’est ouvert en 2001 à un concours international d’architecture. Coop Himmelb (l)au d’Autriche a gagné ce concours. Les promoteurs ont toutefois découvert un peu tard que le site était instable et sujet aux inondations. Davantage d’argent et de renforcement des sols sont donc nécessaires. Un an plus tard, les travaux reprennent, mais bientôt beaucoup de conflits commencent entre les trois compagnies impliquées, forçant Bec Frère à se retirer, les compensations financières sont distribuées et d’autres appels d’offres sont lancés.

Inauguré en 2014,15 ans plus tard, avec 150 millions d’euros de plus que prévu au budget initial.

Les architectes ont toujours rêvé de construire des nuages

Selon la légende locale, le Musée d’Histoire Naturelle de Lyon est né lorsque quelqu’un a jeté une feuille de papier sur une table. Les architectes ont toujours rêvé de construire des nuages, disait son créateur, et c’est précisément ce qu’il ont voulu reproduire. Un cumulonimbus volumineux recouvert d’aluminium, de béton et de cristal de verre angulaire. Sans centre, symétrie ou autre géométrie de contrôle, il est loin du style classique des Beaux-Arts du Musée Guimet d’où provient une grande partie de sa collection. Qu’il plaise ou non, le Musée des Confluences s’inscrit dans le paysage urbain, interpellant les passants pour repenser l’architecture lyonnaise, ce qu’elle peut être et son rapport avec l’espace intérieur.Intérieur du musée des Confluences

Une découverte ahurissante

Entrez dans le Musée des Confluences et découvrez l’histoire de l’humanité et de la vie.

Les récits des cultures inuites, aborigènes et chinoises et des civilisations asiatiques s’entremêlent, permettant au visiteur de réfléchir aux débuts de l’univers, la science et le Big Bang n’étant qu’à un pas. A partir des météorites, des ammonites, des mammouths géants et des béhémoths du jurassiques, l’Homme est placé au cœur de la biodiversité. Nous découvrons les mécanismes de l’évolution humaine, la place de l’homme parmi les autres espèces animales, et nous fouillons dans le cerveau humain. La façon dont les sociétés fonctionnent est la suivante, en regardant comment nous coopérons en tant qu’humains, comment nous sommes en concurrence, comment nous créons. Les expositions temporaires sont tout aussi passionnantes, renouvelées régulièrement.

Ainsi, malgré la folie de sa création, le Musée des Confluences est situé dans l’imaginaire du Lyonnais, ce qui prouve à la fois aux locaux et aux visiteurs internationaux qu’il en valait la peine. Le musée à lui seul est une excellente raison pour visiter Lyon en famille.

Quelques conseils pour visiter le Musée des Confluences

Conseil n°1 :

Sortez sur le toit et admirez le panorama de la ville. Depuis les bâtiments aux couleurs pastel de Lyon, Fourvière, et les deux fleuves qui se rejoignent, en passant par les paysages époustouflants des Alpes.

Conseil n°2 :

Venez en métro et tramway, ils vous déposent au pied du musée. Si vous venez en voiture, sachez que le stationnement est un cauchemar. Parking dans le parking Halle Tony Garnier sur le Rhône ou à proximité du Grand Aquarium de Lyon.

Conseil n°3 :

Mangez un morceau à la Brasserie des Confluences ou au Comptoir Gourmand, les établissements haut de gamme et lumineux 2 étoiles Michelin, exploités par Lassausaie et Pignol. Un vrai délice !

Extra : Guides numériques, écouteurs et cartes disponibles en anglais, français, italien et espagnol.

Vous savez tout sur monument lyonnais ! Il ne vous reste plus quà booker une visite lors de votre prochain passage dans cette ville ! Vous verrez, cela vaut vraiment le coup ! N’hésitez pas à réagir, nous partager votre expérience ou à poser des questions !!

Leave a Reply